mercredi 8 novembre 2017

Myrmecodia beccarrii





Myrmecodia beccarii ( Hook.f.) 1886.

Syn :
Epidendroides tetrandra (Sol.) 1897


Division : Magnoliophyta
Classe :  Magnoliopsida
sous-classe : euasteride I
Ordre : Gentianales
Famille : Rubiaceae
sous-famille : Rubioideae
tribu : Psychotrieae
sous-tribu : Hydnophytinae
Section : Porphyrochitonium
Genre : Myrmecodia
Espèce : beccarii
Sous-espèces :

Etymologie :

- Myrmecodia
Du Grec myrmécophile, η µύρµηξ, µύρµηκος : fourmi – v. formique.
En référence à la relation symbiotique entre la plante et les fourmis.

- beccarri

En l'honneur du botaniste Oleardo Beccari.






















































La fleur.




Biotope et mode de vie :

Plante épiphyte qui ne se rencontre que dans les mangroves
et les forêts de basse altitude autour de Cairns et du nord
du Cap York en Australie.
Climat de mousson,
avec une saison humide de novembre à avril et une saison
sèche de mai à octobre.

Les températures oscillent entre 21 et 33°C le jour 
et 18 à 25°C  la nuit sur l'année.



Moyenne de chaque mois des 30 dernières années.
Source, meteoblue.




















Origine :
Endémique d'Austalie.
Altitude :
De 0 à environ 700 mètres.






CULTURE

Étant une plante épiphyte,
la culture de Myrmecodia beccarii s'apparente 
à la culture des orchidées épiphytes.
S'il fallait trouver une correspondance,
la culture des Phalaenopsis  s'y rapprocherait le plus
sauf pour deux ou trois spécificités propre à beccarii.

Température de culture :
De culture chaude,

des températures élevées sont nécessaire pour correspondre
aux conditions de son habitat naturel.

Chaude...................jour : 25°C à 30°C nuit : 18°C à 25°C.
au mieux
Chaude...................jour : 20°C à 27°C nuit : 15°C à 18°C.

Type de culture :
En pot ajouré, en panier ou monté sur plaque.

Milieu de culture :
Milieu de culture pour épiphyte très léger.
PH 6 à 6.5.

  • 3 parts d'écorce de pin
  • 1 part de sable
  • 1/2 part de tourbe ou fibre de coco
  • 5 parts de pouzzolane tamisée et lavée.

 Il faut savoir que l'utilisation d'une écorce trop neuve
             peut devenir néfaste aux Myrmecodia car elle contient
             trop de résine et de térébenthine.
             Il serait donc préférable d'utiliser une écorce un peu
             dégradée.

Arrosage :
Vous laisserez quasi sécher le milieu de culture
entre deux arrosages si la plante est cultivée en pot.
Arrosage quotidien pour les plantes montées sur plaque.

Arrosage en fonction de la température :
 ö arrosage plus fréquent
 ø arrosage plus espacé

 Par temps frais,
               l'arrosage doit être réduit sous peine de voir
               des tâches brunes et liégeuses se former 
               sur les feuilles.
               Vous ne ferez pas la même erreur que moi.


Hygrométrie :
Forte, entre 80 et 90%.
Dans le pire des cas,
jamais inférieur à 70%.

Fertilisation :
Ayant une croissance assez lente le besoin en sel est
relativement faible ( catégorie 1 sur l'échelle de Pennigsfeld ).

- été :
  fertilisation une fois par semaine.

- printemps/automne :
  fertilisation tous les quinze jours.

- hiver :
  environ une fois par mois.

Utilisation d'un engrais liquide pour orchidée dilué au double d'eau
( ou 100 ppm/d'azote ).
Un engrais azoté sous forme d'urée est tout a fait utilisable
voir conseillé.


Luminosité :
Ombre à mi-ombre.
Jamais de soleil direct.

Ventilation :
Indispensable,
sans assécher trop rapidement le milieu de culture. 

Particularités :
Comme pour toute les plantes dites myrmécophiles,
une relation symbiotique existe entre la plante et les fourmis;
la plante fournit un abri protecteur pour les fourmis qui à leur tour,
fournissent des nutriments supplémentaires à la plante
par leurs restes de nourriture et 
de l'azote sous forme d' urée
de par leurs excréments.
Les fourmis offrent également une protection à la plante contre
les ravageurs.

Toutes les plantes ne sont pas habitées mais des études
ont prouvé que dans la nature,
la grande majorité des plantes abritent des colonies de fourmis ;
principalement du genre Iridomyrmex, espèce cordatus.


 Il semblerait qu'il y ait deux formes distinctes de M. beccarii,
               celle du nord différerait de celle du sud.


 M. beccarii peut être confondu avec M. platytyrea
                aux feuilles plus grande, aux épines du caudex
                moins nombreuses, plus courtes et bien plus espacées.
                Surtout, M. beccarii a des fruits de couleur blanche :
                alors que le fruit de M. platytyrea est orange d’aspect terne.











Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Merci pour vos commentaires.
N'hésitez pas à poser vos questions j'y répondrais avec plaisir.